équilibre acido/basique

L’équilibre acidobasique en Naturopathie

Pour notre bien-être vital, il est important que le sang conserve un degré normal d’acidité ou d’alcalinité. Un médecin évalue l’équilibre acidobasique d’une personne en mesurant le pH et les taux de dioxyde de carbone (un acide) et de bicarbonate (une base) dans le sang. N’étant pas médecin nous n’allons pas évaluer le pH du sang, mais tout simplement en fonction de vos symptômes travailler sur votre bien-être.

L’équilibre acidobasique est, comme son nom l’indique, un équilibre métabolique. Le métabolisme acidobasique signifie qu’une partie du corps régule l’acidité du sang, le pH sanguin devant demeurer entre des limites physiologiques très étroites, 7,38 et 7,42. On parle d’acidose au-dessous de 7,38 et d’alcalose au-dessus de 7,42, toutes deux pouvant être d’origine métabolique (des résidus de CO2 qui est le déchet du traitement (métabolisme) de l’oxygène et des nutriments (nécessaires à toutes les cellules) produit en permanence)

Une rupture de cet équilibre peut être la source de nombreux désagréments tels que troubles digestifs, des migraines, allergies, une peau atopique, eczéma, fatigue, tendinite voire même de l’arthrose et augmenter les risque d’ostéoporose. Découvrons ensemble le fonctionnement de cet équilibre acidobasique afin d’agir efficacement sur notre bien-être. Je suis naturopathe sur Marquette-lez-Lille, je vous accompagne à retrouver votre bien-être intérieur naturellement.

L’acidose peut être métabolique (excès d’acides dans le sang) ou respiratoire (accumulation de dioxyde de carbone). Une consommation de produits trop acides déséquilibre l’organisme.

Il s’agit avant tout de la balance entre le taux d’acidité et le taux d’alcalinité de l’organisme. Notre équilibre acido-basique est principalement influencé par notre alimentation, chaque aliment étant acide, neutre ou basique. Selon le type d’aliments qui prédomine dans notre assiette, notre sang et nos tissus sont eux aussi plus ou moins acides.

L’équilibre acidobasique du sang est contrôlé avec précision, car un simple petit écart de l’état normal peut sévèrement léser de nombreux organes. Mais notre organisme utilise divers processus pour stabiliser notre équilibre acidobasique. Ces mécanismes impliquent principalement les

  • Poumons avec l’élimination du CO2 par l’expiration des poumons, d’où l’importance en naturopathie d’une bonne respiration avec la cohérence cardiaque, respiration abdominale, sophrologie ou encore le Bol d’air Jacquier
  • Reins, en raison du fait que les reins produisent ces adaptations de manière plus lente que les poumons, la correction du pH prend en général plusieurs jours.
  • Systèmes tampons

Pour pallier l’augmentation de l’acidité du sang qui pourrait mettre l’organisme en péril, des systèmes de régulation se mettent en place. Le corps va puiser dans ses réserves de substances alcalines ou basiques pour neutraliser toute élévation du taux d’acidité du sang. Il va s’ensuivre une déminéralisation pouvant affecter les dents, les os, les tendons, les ligaments, les articulations, les muscles, la chevelure, les ongles..

Tout comme la peau, la chevelure pourra en naturopathie trahir une acidification du terrain. Elle est soumise à une déminéralisation qui se manifeste par un altération de son aspect. Les cheveux deviennent mous, ternes et secs et on observe une accélération de leur chute. En cas de cuir chevelu sec, un phénomène d’amplification de l’assèchement peut déboucher sur un état squameux avec l’apparition de pellicules sèches. En cas de cuir chevelu gras, le sébum gorgé de résidus acides peut provoquer des irritations. Enfin la déminéralisation touche également les ongles qui deviennent cassants.

Le système tampon est un système qui permet d’absorber et neutraliser une partie de l’acidité et de l’acheminer ensuite vers un organe d’élimination. Il existe 2 types de systèmes tampon :

  • Le système bicarbonate est le principal avec les tampons extracellulaires, ils neutralisent les acides en dehors des cellules et les véhiculent vers les organes responsables de leur élimination. Avec comme exemple la peau en naturopathie elle élimine la surcharge en urée et en toxines grâce à la transpiration. L’aspect de la peau peut trahir une acidose latente. Elle devient sèche, fragile, réactive avec une tendance atopique. Si la peau est déjà surchargée, le corps prendra une autre voie de sortie telle que l’intestin, les reins, les poumons ou le foie
  • L’hémoglobine est le système tampon intracellulaires des globules rouges et les sels de calcium est le système tampon intracellulaires des cellules osseuses. Ils neutralisent les cellules à l’intérieur des cellules.

Les tampons extracellulaires agissent beaucoup plus rapidement que les tampons intracellulaires. Si les stocks en bicarbonate sont trop faibles, les systèmes intracellulaires sont davantage sollicités pour contrer les acides. Cela a pour effet de monopoliser davantage les sels de calcium du squelette et allonge le temps de neutralisation des acides.

L’acidose pertube le bon fonctionnement des organes principaux mais elle engendre des troubles qui se caractérisent principalement par une déminéralisation générale, un état inflammatoire et douloureux pour les muscles, les articulations et les os.

équilibre acidobasique

Heureusement, de nombreuses solutions naturelles peuvent prévenir ces troubles. La solution première se trouve principalement en naturopathie dans notre alimentation et surtout dans notre assiette.

Les os sont les premiers à être touchés en cas d’acidose par une variation du pH sanguin. En effet, le squelette contient 99% des réserves en calcium, un minéral alcalin essentiel à la minéralisation de l’os. Mais je vous laisse retrouver ICI mon article sur l’importance du calcium et du magnésium sur notre équilibre acidobasique. Car notre squelette est composé également de 40% de magnésium.

Les acides forts, qui proviennent essentiellement des protéines animales, qui seront éliminés par les reins et le foie. Lors de la digestion, la dégradation des protéines libère un gaz : l’ammoniac. En cas d’excès de protéines dans le bol alimentaire, le processus du putréfaction prend de l’ampleur. Or, tous les produits de putréfaction sont plus ou moins toxiques.

Cela conduit à une surcharge du foie, à des ballonnements puis à des renvois acides. Si l’intestin est trop pertubé par des sécrétions acides, les muqueuses deviennent poreuses et laissent s’échapper des macro-molécules susceptibles de causer des allergies et de contribuer à une diminution de nos défenses immunitaires.

Le potassium va également être utilisé par l’organisme pour s’opposer à l’augmentation du pH sanguin. Le potassium aide à lutter contre l’acidification des cellules. Il joue un rôle de premier plan au niveau des reins où il va servir à pallier les effets néfastes d’une alimentation trop riche en sel, elle-même à l’origine d’une fuite de calcium osseux. Comme les réserves de potassium se trouvent dans les muscles, une déficience en potassium peut surajouter au phénomène de crampes observé en cas de déficience en magnésium.

En puisant dans ses réserves minérales en calcium, en magnésium et en potassium pour neutraliser les excès d’acidité, l’organisme met en route un processus de déminéralisation entraînant une fragilité osseuse, des caries dentaires et de l’arthrose. Une sensation de douleur diffuse, de durcissement musculaire, de tension au niveau du dos, de la nuque et des articulations peuvent entraver la mobilité.

Une consommation excessive d’aliments acidifiants (viande, sucre, café) mais également le stress peuvent pertuber la digestion. Cela peut provoquer des régurgitations et des aigreurs.

Comment savoir que l’on est en acidose ? en naturopathie on propose un questionnement méticuleux sur le mode de vie de la personne et propose à chacun de reprendre la responsabilité de son bien-être en installant de nouveaux principes d’hygiène de vie.

Pour l’alimentation, on va se référer au tableau PRAL qui classe les aliments du plus acidifiant au plus basifiant selon leur teneur en certains minéraux. Pour faire simple, on va retenir que parmi les aliments les plus acidifiants on trouve :

  • les fromages à pâte dure (parmesan et comté en tête !)
  • toutes les protéines d’origine animale (viandes-poissons-œufs)
  • On pense également au sucre raffiné , au café…

Dans les aliments basifiants on trouvera la majorité des fruits et légumes, herbes aromatiques, épices, les céréales et légumineuses considérées comme faiblement acidifiantes.

Mais en naturopathie il s’agit tout simplement de rééquilibrer son assiette en diminuant la quantité des aliments acidifiants (doivent représenter idéalement 20% de l’assiette) et en augmentant la portion des basifiants ( à hauteur de 80%).

Pour agir efficacement sur l’équilibre acidobasique, c’est avec la micronutrition qui sera importante d’agir, avec un apport suffisant en vitamines, minéraux et antioxydants qui permettent au corps de fonctionner de façon optimale : magnésium, vitamine C et la vitamine D (qui permet de mieux absorber le calcium).

Pour conclure , on voit qu’il est indispensable de revoir son hygiène de vie à différents niveaux et qu’une acidose installée depuis de nombreuses années ne se règle pas en une seule consultation. C’est un travail qui peut durer des mois avec l’acquisition de nouvelles habitudes à vie.

Et pour cette période de mise en pratique de nouvelles habitudes, la naturopathie offre des compléments alimentaires afin de soutenir notre organisme. Ils vont apporter des bases de suite tels que par exemple : la spiruline, le plasma de Quinton, le pollen et le magnésium. Avec un suivi chez votre médecin, l’apport de vitamine D est indispensable afin d’en maintenir un taux optimal.